Action pavillonneurs et petits chantiers face aux risques

 

"Petits" chantiers : des aides et des démarches existent

Parce que la prévention touche toutes les entreprises, quelle que soit leur taille, dont bon nombre sont de petites entités, nous vous proposons ici un reportage tourné entre le littoral du Nord – Pas-de-Calais et l’intérieur des terres, à la rencontre d’une démarche de prévention.

Nous vous présentons un partenariat monté en 2010 par l’Inspection du travail et la Carsat Nord-Picardie, visant à aller à la rencontre du secteur de la construction de pavillons individuels. Pourquoi ce choix ? Un simple élément de réponse / de la problématique en introduction :

Un élément :

Code risque

 

Intitulé code risque

 

Taux de fréquence

des accidents

du travail

 

Taux de gravité

des accidents

du travail

 

National

 

Régional

 

National

 

Régional

 

452 AA

 

Construction maisons individuelles

 

61.18

 

69.58

 

3.87

 

3.64

 

452 JA

 

Couverture en tous matériaux

 

84.90

 

81.41

 

4.53

 

4.29

 

454 CD

 

Menuiserie de bâtiment (fabrication, pose) associée ou non à la charpente

 

70.52

 

66.94

 

3.17

 

3.18

 

Par rapport à la moyenne nationale et en dépit d’un taux de gravité moindre, la fréquence des accidents du travail sur les chantiers de construction de maisons individuelles sur la région est élevée.

Nous avons donc rencontré Claude Vasseur, chef d’entreprise qui œuvre dans la construction de pavillons en bois, qui explique dans ce même reportage comment il « fait de la prévention ».

En quoi consiste cette action ? Le visionnage de ce reportage, au plus près de ceux qui pratiquent la prévention sur leurs chantiers, aidés par les préventeurs, vous le montrera.

C’est en outre l’occasion de montrer qu’une « petite » entreprise peut également se saisir de la prévention. Des aides existent, des solutions peuvent être apportées.

 

 

 

Dans une deuxième partie, nous avons rencontré Frédéric Mahieu, coordonnateur SPS (Sécurité Protection de la Santé) au sein de l’APAVE, en charge du chantier de réfection de l’Eglise Saint Chrysole à Comines.

 
Il nous présente son métier, ses fonctions et leur importance autant au sein d’un chantier de niveau 2 que de niveau 1, mais surtout sa vision de la prévention pour le BTP aujourd’hui, notamment en matière de coactivité. Il est intéressant de constater que sur un chantier beaucoup plus colossal, les problématiques sont les mêmes, bien que les réponses soient adaptées.

 

Haut de page